...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Phaelyn ༄ “To err is human, to purr is feline.” - Robert Byrne
Lala Phaelyn

Tempest-swept Admin
Lala Phaelyn
Feat : Shin Ryujin (Itzy)
Messages : 114
Age : 17
Nom de scène : Faelyn
Mar 23 Juil - 11:58
Phaelyn ༄ “To err is human, to purr is feline.” - Robert Byrne  Tumblr_pqn61twJcC1wy6aruo1_400
nom Lala, un nom de famille typiquement Albanais. Un nom qui montre l'une origines que je suis fière d'avoir grâce à mon père. ⁘ prénom Phaelyn, un prénom que ma mère a choisis avec attention. Elle voulait que ce soit représentatif de l'origine Thaïlandaise qu'elle m'a légué. Un prénom qui me va plus énormément, car il me fait pensé au mot "féline" et qu'il veut dire saphir. ⁘ origine(s) Je suis d'origine française et albanaise du côté de mon père. Du côté de ma mère, je suis thaïlandaise.  ⁘ lieu de naissance Vlora, Albanie ⁘ date de naissance 30 mars 2002 ⁘âge 17 ans et les gens me tombent sur les nerfs quand il me donne plus vieux. Surtout lorsqu'ils croient que ma grande soeur est plus jeune que moi. #sujetsensibleorientation Bonne question. Je n'en sais rien. Je n'y ai jamais vraiment pensé. Puis, c'est dure de savoir quand je ne suis jamais tombé sous le charme de personne. ⁘  groupe que tu rejoins Étudiants ? ⁘ tu es a l'institut/agence depuis combien de temps Je suis à l'institut depuis un an, environ. ⁘ quels sont tes spécialités Rap et danse ⁘ nom de scène Faelyn, un nom de scène parfait pour moi. Il montre mon côté mignon, qui croit aux fées et mon côté "félin".
Caractère
Stare at ceiling. Man running from cops stops to pet cats, goes to jail please stop looking at your phone and pet me, for hopped up on catnip, but hide when guests come over, and friends are not food. Toy mouse squeak roll over jump launch to pounce upon little yarn mouse, bare fangs at toy run hide in litter box until treats are fed. Refuse to come home when humans are going to bed; stay out all night then yowl like i am dying at 4am flop over kitty poochy slap owner's face at 5am until human fills food dish terrorize the hundred-and-twenty-pound rottweiler and steal his bed, not sorry ptracy ignore the human until she needs to get up, then climb on her lap and sprawl. Missing until dinner time sleep nap need to chase tail disappear for four days and return home with an expensive injury; bite the vet or jump launch to pounce upon little yarn mouse, bare fangs at toy run hide in litter box until treats are fed. Push your water glass on the floor attack dog, run away and pretend to be victim so lick butt, but get suspicious of own shadow then go play with toilette paper. Cat snacks groom yourself 4 hours - checked, have your beauty sleep 18 hours - checked, be fabulous for the rest of the day - checked ptracy, and my water bowl is clean and freshly replenished, so i'll drink from the toilet twitch tail in permanent irritation cat fur is the new black . Pelt around the house and up and down stairs chasing phantoms. Spit up on light gray carpet instead of adjacent linoleum stare at guinea pigs i just saw other cats inside the house and nobody ask me before using my litter box and try to jump onto window and fall while scratching at wall. My slave human didn't give me any food so i pooped on the floor twitch tail in permanent irritation the cat was chasing the mouse push your water glass on the floor. Human is washing you why halp oh the horror flee scratch hiss bite meow for food, then when human fills food dish, take a few bites of food and continue meowing, catty ipsum meow. Stare at ceiling light touch water with paw then recoil in horror pee in human's bed until he cleans the litter box so rub against owner because nose is wet so mouse make meme, make cute face.
Phaelyn ༄ “To err is human, to purr is feline.” - Robert Byrne  Tumblr_pn2rkh0gIU1xxb67vo2_540
Phaelyn ༄ “To err is human, to purr is feline.” - Robert Byrne  Tumblr_pn4752Wpr71x5vdiho3_540
Phaelyn ༄ “To err is human, to purr is feline.” - Robert Byrne  Tumblr_pn2rkh0gIU1xxb67vo1_540
anecdotes
anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes anecdotes
adjectif positifadjectif négatifadjectif positifadjectif négatifadjectif positifadjectif négatif




Histoire
Je n'ai jamais eu d'endroit que je pouvais appeler maison. J'ai toujours eu l'impression de passé ma vie dans des boîtes. Il m'arrivait souvent de ne pas les déballer. « À quoi bon ? On ne sait même pas jusqu'à quand nous sommes pour rester » disais-je avec un peu d'arrogance à ma mère. La raison pour laquelle on voyageait autant était à cause du travail à mon père. « Nous n'avons pas eu un endroit réellement à nous depuis mes quatre ans... Depuis qu'on a quitté Vlora. » Et encore, là, je ne me souvenais même pas des moments passés dans cette maison. Il n'y a que les photos, les dires de mes parents et de ma sœur pour me créer des bribes de souvenirs. Ma mère, dans ces temps-là, ne s'obstinait pas avec moi. Elle me regardait en silence pendant quelques secondes avant de dire que l'important était qu'on s'avait. Je détournais toujours le regard. Tout cela parce que j'avais envie d'avoir un chez moi, une chambre, des amis... Une école. Eh, oui, nous déménagions si souvent que nous étions scolarisées à la maison. Ma mère, ancienne professeure, se faisait une joie de nous enseigner tout ce qu'elle savaient. Des choses, elle en connaissait. C'est pour cela que nous avions peu de misères à passer les examens en tant voulu... Dans une classe remplie d'individus qu'on ne connaissait pas, qui auraient pu être nos amis si on avait été à cette école.

C'était ce que je reprochais le plus à mes parents. J'aurais voulu vivre une vie un peu plus stable. Outre cela, j'étais heureuse. Mes parents me donnaient tout ce dont j'avais besoin pour vivre mes passions. J'avais des cours de danse, de chant, ... Des cours que je prenais avec des professeurs en ligne. Il n'y a que la guitare que j'appris au côté de mon père. Ces moments étaient les plus beaux pour moi. Il était si pris par le travail que toute la famille se précipitait à ses côtés pour avoir du temps de qualité en famille. C'était dans une famille aimante que j'ai fait le tour du monde sans vraiment m'arrêter. Enfin... Ça se fut jusqu'au jour où mes parents furent les victimes d'un ivrogne au volant. Nous étions au Massachusetts à ma demande. Je voulais voir la ville de Salem. Un cadeau pour mes quatorze ans en retard. Ils nous avaient laissés seules dans l'hôtel. Ils étaient partis en amoureux se promener. J'adorais les savoir toujours aussi amoureux l'un de l'autre. Enfin... On avait éteint la lumière et on s'était mise sous un drap avec une petite lampe torche. On s'était mise dans l'ambiance pour pouvoir se raconter des histoires d'épouvantes.

Ma sœur était rendue à un moment de tension. Je m'en souviens encore. J'avais le cœur qui battait rapidement dans ma poitrine. Ce n'était, cependant, pas sa voix ou un bruit qu'elle avait fait qui me fis sursauter. Ce fut la sonnerie de son téléphone. Ce qui déclencha un petit rire de soulagement. Elle décrocha et son sourire disparue très rapidement. Au visage qu'elle avait, je savais que c'était une mauvaise nouvelle... Quelques jours plus tard, nous étions à l'enterrement de nos parents. Cette perte nous a été très difficile. Je ne disais plus un seul mot pendant que mon sort se décidait. Oui... Mon sort à moi seul, car ma sœur était en âge de faire ce qu'elle voulait. Elle quitta donc le navire en me promettant de revenir pour moi. Je l'ai détesté de m'avoir fait ça. « Part ! Laisse-moi derrière. Personne ne me veut de toute façon. » Mes mots dépassaient souvent ma pensée. Mais c'était comme ça que je me sentais. Seule.

Je vécus en France après la tragédie. Je vivais et me baladais entre la maison de mes grands-parents, celle de mon oncle et celle de ma tante paternels. Pour une fois, je pouvais me faire des amis. J'allais à l'école comme tous les enfants de mon âge. Pourtant, je ne fis rien de tout cela. Je m'étais refermé sur moi-même. On me faisait consulter un psychologue à toutes les semaines pour mon bien-être. Je sais très bien, maintenant, que ma famille faisait ça pour veiller à ce que je ne tente rien qui mettrait fin à mes jours. Pourtant, à ce moment-là, j'avais l'impression que c'était une façon de me dire que j'étais folle et d'autres âneries qui me sont passé par la tête.

Ce fut comme ça jusqu'à il y a, environ, un an. Ouais... J'eusse le droit à la grande réapparition de ma grande sœur. Elle avait obtenu ma garde et avait fait des projets sans m'en parler. « Écoutes-moi bien. J'en ai rien à faire. Tu n'es même pas obligé de faire quoique ce soit pour moi. Je ne te demande rien. Retourne vivre ta vie je-ne-sais-où. » Ma sœur étant aussi, voir plus, têtu que moi m’amena avec elle contre mon gré. C'était, donc, avec ma tête d'adolescente pour qui la vie n'est pas juste que j'arrivais en Corée du Sud. Ma sœur était plus que contente de me montrer Daejeon et de me dire qu'elle m'avait inscrite à la Saenghwan Institute. « Prépares-toi pour ton audition. » Je roulais des yeux, mais le fis à mes conditions.

J'arrivais à mon audition avec des choses que j'avais écrite et une chorégraphie que j'avais fait. Je rappais tous les sentiments de haine que j'avais accumulé en moi. Par la suite, j’enchaînais avec ma danse qui démontrait toute ma tristesse. Lorsque ce fut terminé, je n'en demandai pas plus. Je pris, immédiatement, la porte de sortie. Je ne m'attendais à rien de tout ça. Pourtant, une lettre arriva à la "maison". Ce fut ma sœur qui ouvrit la lettre et qui s'exclama de joie. Je me souviens encore de la vivacité à laquelle elle me secouait. « Youpi... Je peux retourner dormir ? » Bien sûr, la réponse était négative. Elle me traîna dans un restaurant pour fêter ça.

Quelques jours plus tard, je me retrouvais à l'institut. Si, au départ, je n'avais aucune envie d'être là, ma passion - celle que j'avais bien enfoui en quelque sorte, depuis la mort de mes parents - reprit complètement sa place. Je retrouvai peu à peu mes couleurs, ma joie et mon énergie.
Nom Prénomft. nom célébrité


Finaly Home
Now, I can say that my lugages are empty.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: